Du bon usage des bains de sang
Abstract: 

Non, le bain de sang de Deir Yasîn ne fut pas un accident. Car parallèlement à l’effet immédiat recherché, il en est un autre, originaire et fondamental. Evoquant la fuite des Palestiniens de leur terre, «le docteur Weizmann me parla avec émotion de cette “miraculeuse simplification des tâches d’Israël”», rapporte l’ambassadeur des Etats-Unis James G. Mac Donald (actif propagandiste sioniste) dans son livre My Mission in Israël, 1948-1951 (Simon and Schuster, N. Y., 1951).
Cet article a été publié dans la REP, n° 2 (hiver 1982).

Read more